École thématique : Performance et archives

Portée par l’université Jean Monnet, l’École thématique Performance et Archives est co-organisée par trois établissements d’enseignement supérieur – l’université Jean Monnet, l’université Lyon III (France) et l’université de Xavier de Louisiane (États-Unis). L’École thématique est enfin soutenue par le MAMC+, l’ESADSE et l’ENSASE.

Inscrite dans un contexte scientifique qui interroge des objets tels que la ville, la mémoire et l’héritage, ou encore le temps dans les arts contemporains, l’École situe les questions liées à la performance et aux archives au cœur de ses thématiques. Il s’agira en particulier d’aborder des approches interdisciplinaires, théoriques et pratiques, spécifiques des performances studies méconnues en France, en dehors du champ des études théâtrales. Cette manifestation s’adosse enfin à un projet de recherche en cours – se rapportant à la construction sociale et esthétique d’identités plurielles à la Nouvelle-Orléans (États-Unis) -, qui est porté par deux laboratoires de l’université de Lyon (ECLLA à l’université Jean Monnet et MARGE à l’université Lyon III) et un laboratoire de l’université de Xavier en Louisiane (Performance Studies Lab).

Si les performances studies marquent actuellement le paysage des SHS et des arts, principalement aux États-Unis, si elles questionnent les méthodes et approches disciplinaires établies, il s’agira de s’intéresser plus particulièrement aux performances qui s’emparent de l’archive afin de saisir le travail des artistes qui performent l’archive, mais encore d’inviter les participants à la Recherche-Action à laquelle logiquement la performance ouvre. Réunissant chercheurs et artistes visuels, numériques et de performance, l’École thématique proposera ainsi tout à la fois des cours théoriques sur la/les théories de la Performance, ou Performances Studies, et des ateliers qui performent l’archive. Il s’agira en somme de comprendre les performances en théorie et en acte en performant l’archive dans des projets personnels.

L’École thématique proposera une série d’interventions théoriques sur les performances studies mais aussi des ateliers pour performer l’archive. Son programme entend ainsi articuler théories de la performance et pratiques de la performance sous le prisme de l’archive. En d’autres mots, il s’agit de comprendre et de reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Dewey, Austin, Peirce, etc.) et de concevoir la performance comme moyen de connaissance, en particulier, lorsqu’elle intègre l’archive.

Elle vise ainsi à :

    • introduire les performances studies dans le champ académique français, en particulier, dans les arts plastiques et les sciences de l’information et de la communication ;
    • comprendre et reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Peirce, Austin, Dewey,…) ;
    • comprendre la performance comme moyen de connaissance lorsqu’elle intègre l’archive ;
    • mettre en place les expériences artistiques et performatives dans ou sur l’archive, où la performativité « apparaît comme synonyme de fluidité, d’instabilité, d’ouverture du champ des possibles, se situant entre reconnaissance et ambiguïté des significations. » (Féral, 2013, p. 212) ;
    • analyser les discours de sources écrites et d’archives (textes historiques, entretiens, documents d’archives, images photographiques, captations vidéos, partitions musicales, mais aussi traces numériques etc. ) comme modalité d’accès à la compréhension des processus de constitution d’une performance ou de l’art corporel ;
    • interroger le rapport entre traces et attitudes performatives et questionner l’emploi et la fonction de l’archive dans le processus artistique et la mise en histoire de la performance ;
    • contribuer à la réflexion sur les pratiques de réappropriation de la trace et leurs enjeux créateurs : la reprise comme enjeu pour la mémoire collective, l’archive comme objet du projet artistique.

L’École thématique s’adresse logiquement aux étudiant.es, aux doctorant.es et aux enseignant.es-chercheur.es de diverses disciplines universitaires (Arts Plastiques, SIC, Littératures,… ) et aux Ecoles d’art, de design et d’architecture. Son public s’élargit aux acteurs du monde culturel régional et au-delà, avec la participation du MAMC+, en particulier les acteurs qui sont issus du domaine patrimonial et muséal ou de celui des festivals et qui s’intéressent à la question de la valorisation en expérimentant l’interaction entre archives et performances.

Pour inscrire aux conférences ou workshops, contactez : Frédérique Lozanorios frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr ou Martine Patsalis martine.patsalis@univ-st-etienne.fr

Ce travail a été́ réalisé́ grâce au soutien financier du Projet IDEXLYON de l’Université́ de Lyon dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (ANR-16-IDEX- 0005).

Empreintes contemporaines

Fleur de lys t-shirt, Dirty Coast

A la Nouvelle-Orléans, la fleur de lys est un symbole incontournable. C’est une icône omniprésente dans tous les contextes quotidiens imaginables : imprimée sur le drapeau de la ville, affichée en forme autocollant aux voitures, appliqué aux t-shirts touristiques, tatouée sur le corps des habitants et adoptée comme logo de l’équipe professionnelle de football américain.

Si elle est souvent citée par des résidents comme preuve d’une certaine identité française de la ville, la fleur de lys permet également une analyse généalogique de l’histoire coloniale de la Nouvelle-Orléans. Sa présence contemporaine révèle la transmission culturelle entre la France et la ville qui existe tout autant dans le « monde collectivement imaginé que le monde physique ».[1]

Dérivée de la monarchie française, la fleur de lys est apparue sur les drapeaux mais aussi sur certains corps. Les esclaves qui tentaient de s’enfuir  des plantations durant la colonisation de la Louisiane pouvaient avoir leurs oreilles coupées et une fleur de lys marquée au fer sur leur épaule. Si le symbole de la fleur de lys est aujourd’hui identifié comme une empreinte « française » sur la ville de la Nouvelle-Orléans, il semble nécessaire d’explorer cette identité qui est devenue avec le temps « mobile, protéiforme, interactive et transformative ».[2]

L’utilisation quotidienne de la fleur de lys n’efface ni ses traces historiques ni ses effets politiques, sociaux ou économiques. Elle fonctionne comme un décalage, comme le « rétablissement d’une irrégularité ou d’une diversité antérieure », qui manifeste et révèle la construction performative d’une identité française contemporaine.[3] Cette construction dépend des pratiques quotidiennes, incarnées, discursives et représentationnelles, un processus continu souvent caché et effacé par sa propre banalité.[4]


[1] Diane Guenin-Lelle, The Story of French New Orleans: History of a Creole City, University of Mississippi Press, Jackson, 2016, p. 72.

[2] Bill Marshall, “New Orleans, nodal point of the French Atlantic,” International Journal of Francophone Studies, vol. 10, nos. 1-2, 2007, p. 37.

[3] Brent H. Edwards, The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and the Rise of Black Internationalism, Harvard University Press, Cambridge, 2003, p. 14.

[4] Doris Garraway, The Libertine Colony: Creolization in the Early French Caribbean. Duke University Press, Durham, 2005, p. 21.

 

 

 

Petite éphéméride fragmentaire et située de la Nouvelle-Orléans

Cette éphéméride est le résultat d’un travail expérimental qui se situe à l’articulation entre analyse sociologique et recherche historique. Nous nous sommes d’abord appuyé.e.s sur les voix officielles (réelles et numériques) de la Francophonie afin de saisir leur manière de percevoir l’identité française de la ville. Leur analyse nous a ensuite permis de dégager des thèmes de réflexion qui ont servi de guide pour les recherches d’archives au Williams Research Center of The Historic New Orleans Collection.

Ce petit panorama situé des identités francophones à la Nouvelle-Orléans est fragmentaire et allusif ; il s’agit d’un inventaire de textes et de signes glanés dans les discours officiels et les archives de la ville dont il faut gratter la surface hétérogène et polysémique pour donner à voir ce qui, dans l’ordinaire urbain et le quotidien des habitants, reste implicite, voire caché, et échappe au regard.

Réalisé en collaboration par Julie Morel, Catherine Dessinges, Ross Louis et Robin Vander et soutenu d’un financement Bourgeon de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et du Performance Studies Lab de l’Université de Xavier en Louisiane. Imprimé octobre 2019 par Papier Machine, Saint-Férreol-Trent-Pas.


Journée internationale de la Francophonie

Rendez-vous de l’Alliance Française, Nouvelle-Orléans, 20 mars 2021

Dans le cadre de la Semaine de la Francophonie, nous avons été invités samedi 20 mars à présenter nos travaux de recherche autour de la construction sociale de la francité de la Nouvelle-Orléans au grand public, amoureux de la langue et de la culture francophone. Organisée par l’Alliance Française de la Nouvelle-Orléans cette conférence a pu se tenir en visio conférence.

 

 

Performer l’imaginaire de la Nouvelle-Orléans

Ce carnet de recherche présente les activités scientifiques et artistiques d’un projet collaboratif visant la construction sociale et esthétique des identités françaises de la ville de la Nouvelle-Orléans (Louisiane, États-Unis) d’un point de vue interdisciplinaire. Afin de collecter et de saisir l’ensemble des typifications (signes sociaux, linguistiques et culturels), procédant de l’imaginaire et de la pratique de cette francophonie au sein de la ville, le projet mobilise depuis 2018 les travaux de chercheuses et chercheurs français et américains en Information-Communication et Performance Studies. En s’appuyant sur l’analyse puis la création numérique et artistique des représentations de ces imaginaires tels qu’ils s’expriment et se révèlent au sein de différents espaces (discours officiels, traces numériques, archives et vie ordinaire), le projet vise ainsi à contribuer aux discours et débats qui animent la communauté scientifique autour des questions de francophonie, performance et archives.