Empreintes contemporaines

A la Nouvelle-Orléans, la fleur de lys est un symbole incontournable. C’est une icône omniprésente dans tous les contextes quotidiens imaginables : imprimée sur le drapeau de la ville, affichée en forme autocollant aux voitures, appliqué aux t-shirts touristiques, tatouée sur le corps des habitants et adoptée comme logo de l’équipe professionnelle de football américain.

Si elle est souvent citée par des résidents comme preuve d’une certaine identité française de la ville, la fleur de lys permet également une analyse généalogique de l’histoire coloniale de la Nouvelle-Orléans. Sa présence contemporaine révèle la transmission culturelle entre la France et la ville qui existe tout autant dans le « monde collectivement imaginé que le monde physique ».[1]

Dérivée de la monarchie française, la fleur de lys est apparue sur les drapeaux mais aussi sur certains corps. Les esclaves qui tentaient de s’enfuir  des plantations durant la colonisation de la Louisiane pouvaient avoir leurs oreilles coupées et une fleur de lys marquée au fer sur leur épaule. Si le symbole de la fleur de lys est aujourd’hui identifié comme une empreinte « française » sur la ville de la Nouvelle-Orléans, il semble nécessaire d’explorer cette identité qui est devenue avec le temps « mobile, protéiforme, interactive et transformative ».[2]

L’utilisation quotidienne de la fleur de lys n’efface ni ses traces historiques ni ses effets politiques, sociaux ou économiques. Elle fonctionne comme un décalage, comme le « rétablissement d’une irrégularité ou d’une diversité antérieure », qui manifeste et révèle la construction performative d’une identité française contemporaine.[3] Cette construction dépend des pratiques quotidiennes, incarnées, discursives et représentationnelles, un processus continu souvent caché et effacé par sa propre banalité.[4]


[1] Diane Guenin-Lelle, The Story of French New Orleans: History of a Creole City, University of Mississippi Press, Jackson, 2016, p. 72.

[2] Bill Marshall, “New Orleans, nodal point of the French Atlantic,” International Journal of Francophone Studies, vol. 10, nos. 1-2, 2007, p. 37.

[3] Brent H. Edwards, The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and the Rise of Black Internationalism, Harvard University Press, Cambridge, 2003, p. 14.

[4] Doris Garraway, The Libertine Colony: Creolization in the Early French Caribbean. Duke University Press, Durham, 2005, p. 21.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.