Identités (in)divisibles

Dans le cadre du colloque LES ÉTATS UNIS : états unis / états désunis (19-20 novembre 2021, Université Bretagne Sud, Lorient) nous présenterons un analyse de l’identité contemporaine et francisée de la Nouvelle-Orléans, laquelle s’est sédimentée à travers l’histoire culturellement diversifiée de la ville.

Bien avant sa naissance « officielle » en 1719 en tant que colonie française dans l’Amérique du nord, l’endroit qui devint la Nouvelle-Orléans s’appelait Bulbancha, référence à sa fonction de carrefour des tribus indiennes et des différentes langues parlées. Aujourd’hui, la ville américaine fait souvent référence à sa propre histoire inter- et multiculturelle comme épreuve d’un lieu singulier, distincte des autres villes américaines par ses influences coloniales, principalement françaises. Dans le combat étatsunien entre identités politiques, culturelles ou économiques,  nous nous intéressons à l’ensemble des signes sociaux, linguistiques et culturels, procédant de l’imaginaire et de la pratique d’une certaine “francité”.



Citer ce billet
Ross Louis (2021, 15 novembre). Identités (in)divisibles. Performer l’imaginaire de la Nouvelle-Orléans. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ok

Une réponse sur “Identités (in)divisibles”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search