archives et performance

Dans son ouvrage The archive and the repertoire: Performing cultural memory in the Americas (2003), Diana Taylor distingue l’archive (objets concrets stables résistants au changement) du « répertoire » (performances éphémères à travers lesquelles les individus représentent une « mémoire incarnée)”.[1]  Dans nos travaux de recherche, nous nous appuyons sur cette distinction pour investiguer la tension entre la présence et l’absence, entre l’existence d’un fait historique lié à l’influence française et le cadre socialement constitué d’une identité contemporaine et francisée à la Nouvelle-Orléans. L’actualisation de cette identité contemporaine repérable dans la ville et/ou le regard de ses habitants à travers une diversité de signes (linguistiques, sociaux, culturels) représentent selon nous un cas de mémoire incarnée de l’influence française, (les acteurs n’ayant pas toujours une connaissance fine des fondements socio-historiques de cette incarnation.)[2]

Porte d’entrée, l’archive de The Historic New Orleans Collection, Nouvelle-Orléans, novembre 2020

L’intersection des archives et de la performance offre de multiples opportunités à la fois théoriques et au regard de  la pratique de la performance elle-même. Dans l’archive, s’opère une construction performative liée au fait qu’elle est le produit d’une fabrication permise par des protocoles organisant sans cesse l’espace.[3] Quant à la performance, sa rencontre avec le dispositif des archives donne accès à de plus amples matériaux de recherche ainsi qu’à une diversité de formes.

L’archive telle qu’elle est formulée par Derrida[4], ce compose de ce qui reste, de ce qui est soigneusement ordonné dans un système et qui exerce un certain contrôle sur le passé. Les performances mises en scène dans ou sur les archives peuvent perturber cet ordre en offrant de nouvelles traces de l’imaginaire, du possible ou du désiré et en proposant un dialogue entre la réinvention de la mémoire et l’artefact archivistique lui-même.[5]

Chariot pour les archives, The Historic New Orleans Collection, Nouvelle-Orléans, novembre 2020

L’organisation de notre travail se déroulera de la façon suivante : nous effectuerons tout d’abord des expérimentations dans deux lieux d’archives situés pour l’un en France (Lyon) et pour l’autre aux États-Unis (Nouvelle-Orléans) afin d’analyser les manières dont les archives elles-mêmes performent les identités francisées.  Notre objectif sera de réaliser un recherche-création qui prendra la forme d’un éphémèra performatif et interactif. Inspirées par l’approche créative de Georges Perec qui a abondamment documenté l’ordinaire, nos expérimentations ludiques utiliseront des protocoles subjectifs qui limiteront nos recherches à l’infra-ordinaire.[6]  Nous pourrons ainsi considérer la manière dont l’infra-ordinaire dissimule, révèle voire même structure (en organisant, classant, arrangeant) les artefacts d’archives.  D’un point de vue métaphorique, le recours à cette méthode subjective s’apparente à l’image de la francophonie telle qu’on la rencontre à la Nouvelle-Orléans : fragmentée et quotidiennement construite.

D’un point de vue méthodologique, nous déambulerons entre l’archive de l’Organisation Internationale de la Francophonie, bientôt disponible au sein de l’Institut international pour la francophonie à Université Jean Moulin Lyon 3, et celle de The Historic New Orleans Collection.  Des mouvements réguliers entre ces deux lieux, l’un qui se concentre davantage sur l’identité francophone mondiale et l’autre sur l’identité francophone locale, permettront un dialogue qui devrait mettre en lumière  cette articulation entre pratiques performatives de l’archive et francophonie.[7]

Restriction de droits d’auteur et index, microfilm d’une partie de l’Archives nationales d’outre-mer, The Historic New Orleans Collection

[1] Diana Taylor, The archive and the repertoire: Performing cultural memory in the Americas, Durham, Duke University Press, 2003, pp. 19-20.

[2] Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Trad. Isaac Joseph, Paris, Minuit, 1991.

[3] Elin Diamond, “Performance in the archives,” Theatre History Studies, vol. 28, 2008, p. 22.

[4] Jacques Derrida, Mal d’archive: une impression freudienne, Paris, Galilée, coll. « Incises », 1995.

[5] Isabel Pinto, “Theatre history and performance: The archive’s unruliness as method,” Brazilian Journal on Presence Studies, vol. 5, 2015, p. 513.

[6] Richard Phillips, “Georges Perec’s experimental fieldwork; Perecquian fieldwork,” Social & Cultural Geography, vol. 19, 2018, pp. 171-191; Maryline Heck, “L’‘infra-ordinaire’, une poetique du regard,” Europe revue, no. 993-994, 2012; Muriel Lefebvre,“L’infra-ordinaire de la recherche: Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche.” Sciences de la société, vol. 89, 2013, pp. 3-17.

[7] Jane Birkin, “Art, Work, and Archives: Performativity and the Techniques of Production,” Archive Journal, Nov. 2015, http://www.archivejournal.net/essays/art-work-and-archives/#footnote_0_6114, accédé 26 juillet 2019; Kamal Salhi, ‘”Preface,” Francophone Culture and Geographies of Identity, Adlai Murdoch et Zsuzsanna Fagyal (dir.), Newcastle, Cambridge Scholars, 2013.