Protocoles perpétuels … les gestes de l’imaginaire

Franc-o-phone, Nouvelle-Orléans (© Sarah Stardust, 2022)

Pendant 24 heures, de 12h le 8 juillet à 12h le 9 juillet, des participant.e.s de Protocoles perpétuels réalisent des actions simples et quotidiennes inspirées par des archives liées à la Nouvelle-Orléans dite « francaise ». Voici les gestes par lesquels l’imaginaire « français » est activée :

Écouter

Imaginaire 7: Footsteps and figs

Imaginaire 11: Whistling machine

Imaginaire 17: garden drum

Imaginaire 20: foggy echoes

Imaginaire 23: balade en famille

Chercher

Imaginaire 1: Angel Wings

Imaginaire 2: Resurrection Garden

Imaginaire 3: Franc-o-phone

Imaginaire 4: Falling crow

Imaginaire 6: The snail looking for a new home under a new leaf

Imaginaire 8: Saints logo

Imaginaire 9: La Toussaint

Imaginaire 14: Les corbeaux

Imaginaire 18: garden snail

Imaginaire 19: fragrant provençal herbs

Imaginaire 21: wood brown and honey

Imaginaire 22: doorway to french bakery

Imaginaire 24: flamingos in camargues

Imaginaire 25: golden waving skies

Imaginaire 26: pumpkin patch provence

Imaginaire 27: succulent garden Èze

Imaginaire 28: Enlèvement demandé. Mais pourquoi ne pas rester ?

Imaginaire 29: du Royal Frenchmen au drapeau tricolore

Faire

Gumbel Foundation Audubon Park : Imaginaire 5: Gumbel Fountain tourists ; Gumbel Fountain touristes (français) ; Gumbel Fountain tourists (anglais)

Imaginaire 10: Foucher flashcards

Imaginaire 12: Voyageuse heureuse

Imaginaire 13: Haiku

Imaginaire 15: Kahlúa cat

Imaginaire 16: André Cailloux Center for Performing Arts and Cultural Justice

Protocoles perpétuels … les lieux de l’imaginaire

André Cailloux Center for Performing Arts and Cultural Justice, Nouvelle-Orléans (© Robin Vander, 2022)

Pendant 24 heures, de 12h le 8 juillet à 12h le 9 juillet, des participant.e.s de Protocoles perpétuels réalisent des actions simples et quotidiennes inspirées par des archives liées à la Nouvelle-Orléans dite « francaise ». Voici les lieux où l’imaginaire « français » est activée :

333 Poydras Street : Imaginaire 1: Angel Wings

925 Jackson Avenue : Imaginaire 2: Resurrection Garden

Burgundy Street & France Street : Imaginaire 3: Franc-o-phone

14001 Patterson Road : Imaginaire 4: Falling crow

Gumbel Foundation Audubon Park : Imaginaire 5: Gumbel Fountain tourists ; Gumbel Fountain touristes (français) ; Gumbel Fountain tourists (anglais)

General Haig Street and Brooks Street : Imaginaire 6: The snail looking for a new home under a new leaf

5906 Saint Roch Avenue : Imaginaire 7: Footsteps and figs

2838 Coliseum Street : Imaginaire 8: Saints logo

Saint Claude Avenue neutral ground (Saint Claude & Piety) : Imaginaire 9: La Toussaint

901 Foucher Street : Imaginaire 10: Foucher flashcards

2211 Onzaga Street : Imaginaire 11: Whistling machine

906 Pleasant Street : Imaginaire 12: Voyageuse heureuse

4616 Pauger Street : Imaginaire 13: Haiku

906 Pleasant Street : Imaginaire 14: Les corbeaux

2217 State Street : Imaginaire 15: Kahlúa cat

2541 Bayou Road : Imaginaire 16: André Cailloux Center for Performing Arts and Cultural Justice

3905 North Claiborne Avenue : Imaginaire 17: garden drum

3905 North Claiborne Avenue : Imaginaire 18: garden snail

4320 Bienville Street : Imaginaire 19: fragrant provençal herbs

4809 Feliciana Drive : Imaginaire 20: foggy echoes

4320 Saint Peter Street : Imaginaire 21: wood brown and honey

4502 Saint Peter Street : Imaginaire 22: doorway to french bakery

4538 Toulouse Street 2022 : Imaginaire 23: balade en famille

504 Passera Court : Imaginaire 24: flamingos in camargues

501 Passera Court : Imaginaire 25: golden waving skies

500 Passera Court : Imaginaire 26: pumpkin patch provence

North Murat Street & Saint Louis Street : Imaginaire 27: succulent garden Èze

532 Governor Nicholls Street : Imaginaire 28: Enlèvement demandé. Mais pourquoi ne pas rester ?

Royal Street & Frenchmen Street / 630 Frenchmen Street : Imaginaire 29: du Royal Frenchmen au drapeau tricolore

Protocoles perpétuels … les heures de l’imaginaire

Gumbel Foundation, Audubon Park, Nouvelle-Orléans (© Suzanne Wiltz, 2022)

Pendant 24 heures, de 12h le 8 juillet à 12h le 9 juillet, des participant.e.s de Protocoles perpétuels réalisent des actions simples et quotidiennes inspirées par des archives liées à la Nouvelle-Orléans dite « francaise ». Voici les horaires où l’imaginaire « français » est activée :

13h08 8 juillet 2022 : Imaginaire 1: Angel Wings

14h?? 8 juillet 2022 : Imaginaire 2: Resurrection Garden

15h04 8 juillet 2022 : Imaginaire 3: Franc-o-phone

15h47 8 juillet 2022 : Imaginaire 4: Falling crow

16h45 8 juillet 2022 : Imaginaire 5: Gumbel Fountain tourists ; Gumbel Fountain touristes (français) ; Gumbel Fountain tourists (anglais)

18h29 8 juillet 2022 : Imaginaire 6: The snail looking for a new home under a new leaf

19h21 8 juillet 2022 : Imaginaire 7: Footsteps and figs

19h30 8 juillet 2022 : Imaginaire 8: Saints logo

19h48 8 juillet 2022 : Imaginaire 9: La Toussaint

21h17 – 21h34 8 juillet 2022 : Imaginaire 10: Foucher flashcards

21h37 8 juillet 2022 : Imaginaire 11: Whistling machine

23h18 8 juillet 2022 : Imaginaire 12: Voyageuse heureuse

23h32 8 juillet 2022 : Imaginaire 13: Haiku

23h42 8 juillet 2022 : Imaginaire 14: Les corbeaux

00h08 9 juillet 2022 : Imaginaire 15: Kahlúa cat

7h45 – 8h01 9 juillet 2022 : Imaginaire 16: André Cailloux Center for Performing Arts and Cultural Justice

8h00 9 juillet 2022 : Imaginaire 17: garden drum

8h00 9 juillet 2022 : Imaginaire 18: garden snail

9h04 9 juillet 2022 : Imaginaire 19: fragrant provençal herbs

9h16 9 juillet 2022 : Imaginaire 20: foggy echoes

9h25 9 juillet 2022 : Imaginaire 21: wood brown and honey

9h31 9 juillet 2022 : Imaginaire 22: doorway to french bakery

9h42 9 juillet 2022 : Imaginaire 23: balade en famille

9h45 9 juillet 2022 : Imaginaire 24: flamingos in camargues

9h46 9 juillet 2022 : Imaginaire 25: golden waving skies

9h47 9 juillet 2022 : Imaginaire 26: pumpkin patch provence

9h51 9 juillet 2022 : Imaginaire 27: succulent garden Èze

10h43 9 juillet 2022: Imaginaire 28: Enlèvement demandé. Mais pourquoi ne pas rester ?

13h30 9 juillet 2022 : Imaginaire 29: du Royal Frenchmen au drapeau tricolore

Protocoles perpétuels … c’est parti !

L’expérience Perpétuels protocoles commence aujourd’hui avec 24 heures d’un imaginaire « français » à la Nouvelle-Orléans.

Protocoles perpétuels est une expérience interactive réalisée pendant 24 heures dans toute la ville. Les participant.e.s effectuent des actions simples et quotidiennes inspirées par des archives liées à la Nouvelle-Orléans dite « francaise » et soumettent une documentation de leurs expériences en français ou en anglais.
Une carte « open source » expose cet imaginaire « francais » de 24 heures : une collaboration critique et ludique créeé à partir des vécus des participant.e.s, des documents d’archives de la Historic New Orleans Collection et des entrées du Dictionnaire des francophones.

Perpetual protocols / Protocoles perpétuels

A 24-hour “french” imaginary (July 8-9, 2022)

fleur de lys attached to a passing car’s bumper  

An old recipe for pain perdu re-published in the daily newspaper 

Annual festivals: Bastille Day FêteFête FrançaiseFête des Fromages

The names of streets: BienvenueBellaireBellechasseBelleville

A twitter hashtag: #FrenchSignsNola

Finding “french” traces in New Orleans is an ordinary, everyday experience, but the term itself is complicated. What might be called “french” is a particular version of the past or a peculiar reading of the present. It is invented and transformed, played and replayed from the remains of colonial history, a francophone and créolophone diaspora, or, perhaps, a tourism tale. 

Perpetual protocols is a 24-hour, interactive experiment to be staged throughout New Orleans on July 8-9. Participants are invited to perform simple, everyday actions inspired by archives linked to so-called “french” New Orleans. By submitting documentation of their experiences (in French or in English), participants will contribute to a 24-hour “french” imaginary, updated with their texts, images and videos in real time on an open source, city-wide map.

The experiment is an attempt to create a collaborative, critical and playful “french” imaginary that moves between the real and the imagined, the past and the present. With at least one participant per hour, the imaginary will take form through the creation of an online map, which will also include links to archival documents from The Historic New Orleans Collection and entries from the Dictionnaire des francophones

A collaborative publication will follow the experiment, with contributions from participants, artists and researchers. The risograph-printed edition will be sent to all participants and shared during public events hosted in New Orleans and Lyon, France in the fall.

To receive more detailed instructions and reserve a time to participate in the 24-hour experiment (July 8 – July 9), contact Ross Louis (rosslouis@gmail.com).


Developed by Ross Louis, Lilyana V. Petrova, Catherine Dessinges and Fanny Mézard, Perpetual protocols is a partnership between the Université Jean Moulin, Lyon 3 (Laboratoire MARGE), Dictionnaire des francophonesAlliance Française New Orleans, the Consulate General of France in New OrleansÉditions ⌘+P and Nous Foundation.

L’archive comme lieu d’expérimentation : construction, création, performance

17-18 mars 2022 – Université Lyon 3, Campus des Quais – Amphi Huvelin & Salle Boris Starck – 15 quai Claude Bernard – Lyon 7e

  • Benoît AUCLERC (MARGE, Lyon 3)
  • Gaëlle THÉVAL (MARGE, Lyon 3)
  • Agnès CUREL (MARGE, Lyon 3)
  • Gilles BONNET (MARGE, Lyon 3)
  • Ross LOUIS (Chercheur associé, MARGE)

Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention.Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention. C’est en particulier à travers la question de la performance que ce lien entre archive et expérimentation sera exploré : il s’agira à la fois de réfléchir à la production d’archives sur la performance littéraire – à la nécessité de produire des archives vivantes et actualisables – et d’envisager l’archive elle-même comme dispositif performatif.

Ce colloque se situe en effet à la jonction de deux projets développés au sein de l’équipe MARGE (Université Jean-Moulin Lyon 3) : Archives de la Performance Littéraire (ARCHIPEL) et Performing the archive : the everyday construction of ‘french’ identity in New Orleans. Le projet ARCHIPEL a pour objet de construire une archive collaborative en ligne des performances littéraires depuis les années 1960, le second, Performing the archive, visant à faire de l’archive un lieu d’expérimentation, voire un lieu vivant, permettant de nouvelles formes de recherche-création. Le colloque est organisé autour des trois axes :

  • La performance littéraire et ses archives : Comment documenter une performance littéraire? Quels modes de construction de l’archive sont possibles ? Quelles questions spécifiques concernant l’archivage de données la performance littéraire pose-t-elle ?
  • L’archive comme dispositif performatif : Les protocoles qui président à la construction de l’archive conduisent nécessairement à choisir les traces et les histoires qui y sont consignées : en cela, l’archive est un dispositif qui résulte d’interventions subjectives, et qui est lui-même parfois envisagé comme une performance. Dès lors, qu’est-ce qui caractérise la construction d’une archive ? En quoi les archives dites « vivantes » (de la performance, de la performance littéraire) diffèrent-elles des autres archives ?
  • L’archive comme lieu d’expérimentation : Considérée comme dispositif, résultat inachevé d’un procès en cours, et appelant à une réactivation, l’archive s’offre particulièrement aux expérimentations, et réciproquement, la recherche. Comment activer les archives en tant que matériaux de la création ? Quelles méthodes de recherche ou de recherche-création pour explorer les archives ?

Programme et inscriptions

Identités (in)divisibles

Dans le cadre du colloque LES ÉTATS UNIS : états unis / états désunis (19-20 novembre 2021, Université Bretagne Sud, Lorient) nous présenterons un analyse de l’identité contemporaine et francisée de la Nouvelle-Orléans, laquelle s’est sédimentée à travers l’histoire culturellement diversifiée de la ville.

Bien avant sa naissance « officielle » en 1719 en tant que colonie française dans l’Amérique du nord, l’endroit qui devint la Nouvelle-Orléans s’appelait Bulbancha, référence à sa fonction de carrefour des tribus indiennes et des différentes langues parlées. Aujourd’hui, la ville américaine fait souvent référence à sa propre histoire inter- et multiculturelle comme épreuve d’un lieu singulier, distincte des autres villes américaines par ses influences coloniales, principalement françaises. Dans le combat étatsunien entre identités politiques, culturelles ou économiques,  nous nous intéressons à l’ensemble des signes sociaux, linguistiques et culturels, procédant de l’imaginaire et de la pratique d’une certaine “francité”.

École thématique : Performance et archives

Portée par l’université Jean Monnet, l’École thématique Performance et Archives est co-organisée par trois établissements d’enseignement supérieur – l’université Jean Monnet, l’université Lyon III (France) et l’université de Xavier de Louisiane (États-Unis). L’École thématique est enfin soutenue par le MAMC+, l’ESADSE et l’ENSASE.

Inscrite dans un contexte scientifique qui interroge des objets tels que la ville, la mémoire et l’héritage, ou encore le temps dans les arts contemporains, l’École situe les questions liées à la performance et aux archives au cœur de ses thématiques. Il s’agira en particulier d’aborder des approches interdisciplinaires, théoriques et pratiques, spécifiques des performances studies méconnues en France, en dehors du champ des études théâtrales. Cette manifestation s’adosse enfin à un projet de recherche en cours – se rapportant à la construction sociale et esthétique d’identités plurielles à la Nouvelle-Orléans (États-Unis) -, qui est porté par deux laboratoires de l’université de Lyon (ECLLA à l’université Jean Monnet et MARGE à l’université Lyon III) et un laboratoire de l’université de Xavier en Louisiane (Performance Studies Lab).

Si les performances studies marquent actuellement le paysage des SHS et des arts, principalement aux États-Unis, si elles questionnent les méthodes et approches disciplinaires établies, il s’agira de s’intéresser plus particulièrement aux performances qui s’emparent de l’archive afin de saisir le travail des artistes qui performent l’archive, mais encore d’inviter les participants à la Recherche-Action à laquelle logiquement la performance ouvre. Réunissant chercheurs et artistes visuels, numériques et de performance, l’École thématique proposera ainsi tout à la fois des cours théoriques sur la/les théories de la Performance, ou Performances Studies, et des ateliers qui performent l’archive. Il s’agira en somme de comprendre les performances en théorie et en acte en performant l’archive dans des projets personnels.

L’École thématique proposera une série d’interventions théoriques sur les performances studies mais aussi des ateliers pour performer l’archive. Son programme entend ainsi articuler théories de la performance et pratiques de la performance sous le prisme de l’archive. En d’autres mots, il s’agit de comprendre et de reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Dewey, Austin, Peirce, etc.) et de concevoir la performance comme moyen de connaissance, en particulier, lorsqu’elle intègre l’archive.

Elle vise ainsi à :

    • introduire les performances studies dans le champ académique français, en particulier, dans les arts plastiques et les sciences de l’information et de la communication ;
    • comprendre et reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Peirce, Austin, Dewey,…) ;
    • comprendre la performance comme moyen de connaissance lorsqu’elle intègre l’archive ;
    • mettre en place les expériences artistiques et performatives dans ou sur l’archive, où la performativité « apparaît comme synonyme de fluidité, d’instabilité, d’ouverture du champ des possibles, se situant entre reconnaissance et ambiguïté des significations. » (Féral, 2013, p. 212) ;
    • analyser les discours de sources écrites et d’archives (textes historiques, entretiens, documents d’archives, images photographiques, captations vidéos, partitions musicales, mais aussi traces numériques etc. ) comme modalité d’accès à la compréhension des processus de constitution d’une performance ou de l’art corporel ;
    • interroger le rapport entre traces et attitudes performatives et questionner l’emploi et la fonction de l’archive dans le processus artistique et la mise en histoire de la performance ;
    • contribuer à la réflexion sur les pratiques de réappropriation de la trace et leurs enjeux créateurs : la reprise comme enjeu pour la mémoire collective, l’archive comme objet du projet artistique.

L’École thématique s’adresse logiquement aux étudiant.es, aux doctorant.es et aux enseignant.es-chercheur.es de diverses disciplines universitaires (Arts Plastiques, SIC, Littératures,… ) et aux Ecoles d’art, de design et d’architecture. Son public s’élargit aux acteurs du monde culturel régional et au-delà, avec la participation du MAMC+, en particulier les acteurs qui sont issus du domaine patrimonial et muséal ou de celui des festivals et qui s’intéressent à la question de la valorisation en expérimentant l’interaction entre archives et performances.

Pour inscrire aux conférences ou workshops, contactez : Frédérique Lozanorios frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr ou Martine Patsalis martine.patsalis@univ-st-etienne.fr

Ce travail a été́ réalisé́ grâce au soutien financier du Projet IDEXLYON de l’Université́ de Lyon dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (ANR-16-IDEX- 0005).

Empreintes contemporaines

Fleur de lys t-shirt, Dirty Coast

A la Nouvelle-Orléans, la fleur de lys est un symbole incontournable. C’est une icône omniprésente dans tous les contextes quotidiens imaginables : imprimée sur le drapeau de la ville, affichée en forme autocollant aux voitures, appliqué aux t-shirts touristiques, tatouée sur le corps des habitants et adoptée comme logo de l’équipe professionnelle de football américain.

Si elle est souvent citée par des résidents comme preuve d’une certaine identité française de la ville, la fleur de lys permet également une analyse généalogique de l’histoire coloniale de la Nouvelle-Orléans. Sa présence contemporaine révèle la transmission culturelle entre la France et la ville qui existe tout autant dans le « monde collectivement imaginé que le monde physique ».[1]

Dérivée de la monarchie française, la fleur de lys est apparue sur les drapeaux mais aussi sur certains corps. Les esclaves qui tentaient de s’enfuir  des plantations durant la colonisation de la Louisiane pouvaient avoir leurs oreilles coupées et une fleur de lys marquée au fer sur leur épaule. Si le symbole de la fleur de lys est aujourd’hui identifié comme une empreinte « française » sur la ville de la Nouvelle-Orléans, il semble nécessaire d’explorer cette identité qui est devenue avec le temps « mobile, protéiforme, interactive et transformative ».[2]

L’utilisation quotidienne de la fleur de lys n’efface ni ses traces historiques ni ses effets politiques, sociaux ou économiques. Elle fonctionne comme un décalage, comme le « rétablissement d’une irrégularité ou d’une diversité antérieure », qui manifeste et révèle la construction performative d’une identité française contemporaine.[3] Cette construction dépend des pratiques quotidiennes, incarnées, discursives et représentationnelles, un processus continu souvent caché et effacé par sa propre banalité.[4]


[1] Diane Guenin-Lelle, The Story of French New Orleans: History of a Creole City, University of Mississippi Press, Jackson, 2016, p. 72.

[2] Bill Marshall, “New Orleans, nodal point of the French Atlantic,” International Journal of Francophone Studies, vol. 10, nos. 1-2, 2007, p. 37.

[3] Brent H. Edwards, The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and the Rise of Black Internationalism, Harvard University Press, Cambridge, 2003, p. 14.

[4] Doris Garraway, The Libertine Colony: Creolization in the Early French Caribbean. Duke University Press, Durham, 2005, p. 21.

 

 

 

Petite éphéméride fragmentaire et située de la Nouvelle-Orléans

Cette éphéméride est le résultat d’un travail expérimental qui se situe à l’articulation entre analyse sociologique et recherche historique. Nous nous sommes d’abord appuyé.e.s sur les voix officielles (réelles et numériques) de la Francophonie afin de saisir leur manière de percevoir l’identité française de la ville. Leur analyse nous a ensuite permis de dégager des thèmes de réflexion qui ont servi de guide pour les recherches d’archives au Williams Research Center of The Historic New Orleans Collection.

Ce petit panorama situé des identités francophones à la Nouvelle-Orléans est fragmentaire et allusif ; il s’agit d’un inventaire de textes et de signes glanés dans les discours officiels et les archives de la ville dont il faut gratter la surface hétérogène et polysémique pour donner à voir ce qui, dans l’ordinaire urbain et le quotidien des habitants, reste implicite, voire caché, et échappe au regard.

Réalisé en collaboration par Julie Morel, Catherine Dessinges, Ross Louis et Robin Vander et soutenu d’un financement Bourgeon de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et du Performance Studies Lab de l’Université de Xavier en Louisiane. Imprimé octobre 2019 par Papier Machine, Saint-Férreol-Trent-Pas.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search