École thématique : Performance et archives

Portée par l’université Jean Monnet, l’École thématique Performance et Archives est co-organisée par trois établissements d’enseignement supérieur – l’université Jean Monnet, l’université Lyon III (France) et l’université de Xavier de Louisiane (États-Unis). L’École thématique est enfin soutenue par le MAMC+, l’ESADSE et l’ENSASE.

Inscrite dans un contexte scientifique qui interroge des objets tels que la ville, la mémoire et l’héritage, ou encore le temps dans les arts contemporains, l’École situe les questions liées à la performance et aux archives au cœur de ses thématiques. Il s’agira en particulier d’aborder des approches interdisciplinaires, théoriques et pratiques, spécifiques des performances studies méconnues en France, en dehors du champ des études théâtrales. Cette manifestation s’adosse enfin à un projet de recherche en cours – se rapportant à la construction sociale et esthétique d’identités plurielles à la Nouvelle-Orléans (États-Unis) -, qui est porté par deux laboratoires de l’université de Lyon (ECLLA à l’université Jean Monnet et MARGE à l’université Lyon III) et un laboratoire de l’université de Xavier en Louisiane (Performance Studies Lab).

Si les performances studies marquent actuellement le paysage des SHS et des arts, principalement aux États-Unis, si elles questionnent les méthodes et approches disciplinaires établies, il s’agira de s’intéresser plus particulièrement aux performances qui s’emparent de l’archive afin de saisir le travail des artistes qui performent l’archive, mais encore d’inviter les participants à la Recherche-Action à laquelle logiquement la performance ouvre. Réunissant chercheurs et artistes visuels, numériques et de performance, l’École thématique proposera ainsi tout à la fois des cours théoriques sur la/les théories de la Performance, ou Performances Studies, et des ateliers qui performent l’archive. Il s’agira en somme de comprendre les performances en théorie et en acte en performant l’archive dans des projets personnels.

L’École thématique proposera une série d’interventions théoriques sur les performances studies mais aussi des ateliers pour performer l’archive. Son programme entend ainsi articuler théories de la performance et pratiques de la performance sous le prisme de l’archive. En d’autres mots, il s’agit de comprendre et de reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Dewey, Austin, Peirce, etc.) et de concevoir la performance comme moyen de connaissance, en particulier, lorsqu’elle intègre l’archive.

Elle vise ainsi à :

    • introduire les performances studies dans le champ académique français, en particulier, dans les arts plastiques et les sciences de l’information et de la communication ;
    • comprendre et reconnaître les vertus heuristiques de la performance, c’est-à-dire de l’action (Peirce, Austin, Dewey,…) ;
    • comprendre la performance comme moyen de connaissance lorsqu’elle intègre l’archive ;
    • mettre en place les expériences artistiques et performatives dans ou sur l’archive, où la performativité « apparaît comme synonyme de fluidité, d’instabilité, d’ouverture du champ des possibles, se situant entre reconnaissance et ambiguïté des significations. » (Féral, 2013, p. 212) ;
    • analyser les discours de sources écrites et d’archives (textes historiques, entretiens, documents d’archives, images photographiques, captations vidéos, partitions musicales, mais aussi traces numériques etc. ) comme modalité d’accès à la compréhension des processus de constitution d’une performance ou de l’art corporel ;
    • interroger le rapport entre traces et attitudes performatives et questionner l’emploi et la fonction de l’archive dans le processus artistique et la mise en histoire de la performance ;
    • contribuer à la réflexion sur les pratiques de réappropriation de la trace et leurs enjeux créateurs : la reprise comme enjeu pour la mémoire collective, l’archive comme objet du projet artistique.

L’École thématique s’adresse logiquement aux étudiant.es, aux doctorant.es et aux enseignant.es-chercheur.es de diverses disciplines universitaires (Arts Plastiques, SIC, Littératures,… ) et aux Ecoles d’art, de design et d’architecture. Son public s’élargit aux acteurs du monde culturel régional et au-delà, avec la participation du MAMC+, en particulier les acteurs qui sont issus du domaine patrimonial et muséal ou de celui des festivals et qui s’intéressent à la question de la valorisation en expérimentant l’interaction entre archives et performances.

Pour inscrire aux conférences ou workshops, contactez : Frédérique Lozanorios frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr ou Martine Patsalis martine.patsalis@univ-st-etienne.fr

Ce travail a été́ réalisé́ grâce au soutien financier du Projet IDEXLYON de l’Université́ de Lyon dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (ANR-16-IDEX- 0005).