l’infra-ordinaire de la nouvelle-orléans

Plus de 200 ans après la fin de ses liens coloniaux avec la France, la Nouvelle-Orléans offre de multiples traces de la complexité de son identité culturelle, construite à travers la répétition de comportements directement liés à la spécificité de son histoire : un type de performance sociale, pourrait-on dire, qui s’est intensifiée après l’ouragan Katrina. Face aux changements mondiaux suscités par l’immigration de masse, l’analyse de la construction d’une identité multiculturelle liée à la vie quotidienne et aux relations postcoloniales appelle à une étude critique.

Même si la généalogie métissée de la Nouvelle-Orléans est connue de tous et toutes, ses citoyens contemporains identifient souvent la ville et ses pratiques quotidiennes comme étant « françaises » c’est-à-dire « francisées ». Durant les trois siècles au cours desquels la ville a fait partie du territoire colonial nord-américain de la France, les identités des résidents de la Nouvelle-Orléans (qu’ils soient natifs, esclaves, immigrants, citoyens français, espagnols ou américains) n’ont cessé d’évoluer.[1] Mais la désignation d’une certaine identité francisée persiste aujourd’hui requérant une analyse de la fabrication du concept.  

Nous considérons ainsi les traces de la vie sociale et ordinaire de la Nouvelle-Orléans comme un terrain de recherche pour comprendre le processus intersubjectif et culturel[2] par lequel les significations linguistiques, sociales et culturelles de la francité se sont constituées et codifiées à travers l’histoire culturellement diversifiée de la ville, constituant aujourd’hui encore une réalité socialement établie.[3] Par conséquent, les actions des résidents, performées au quotidien et souvent reconnues comme étant « françaises » participent d’une identité ethnologiquement incarnée, faite de bricolages et d’hybridations identitaires.[4]  

Plaque de bronze encastrée dans le trottoir, rue Conti et rue Decatur, Nouvelle-Orléans, novembre 2020

En nous appuyant sur le concept d’infra-ordinaire de Georges Perec[5], nous mettons l’accent sur la banalité des signes présents dans la ville qu’ils soient communicationnels, artistiques, artisanaux et décoratifs. Il s’agit d’identifier et de référencer les signes glanés dans l’ordinaire urbain et le quotidien des habitants, qui restent implicites, voire cachés et fondus. Le fait culturel se fixant dans les réalités infra-ordinaires, nous travaillons sur ce qu’on pourrait appeler l’ordinaire des traces : le fait humain d’habiter les lieux, anthropologiquement, s’articule à des productions communicationnelles quotidiennes qu’il nous importera de collecter avec soin. Nous investiguons alors une Nouvelle-Orléans «infra-francisée » en saisissant particulièrement ses causes et ses effets.  


[1] Shannon Lee Dawdy, Building the Devil’s Empire: French Colonial New Orleans, Chicago, University of Chicago Press, 2008.

[2] Alfred Schütz, Éléments de sociologie phénoménologique, Paris, L’Harmattan, 1998.

[3] Peter Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

[4] Harold Garfinkel, Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses Universitaires Françaises, 2007.

[5] Voir Georges Perec, “Approches de quoi?”, L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989, pp. 9-13; Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 1974; Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Christian Bourgois, 1983.