L’archive comme lieu d’expérimentation : construction, création, performance

17-18 mars 2022 – Université Lyon 3, Campus des Quais – Amphi Huvelin & Salle Boris Starck – 15 quai Claude Bernard – Lyon 7e

  • Benoît AUCLERC (MARGE, Lyon 3)
  • Gaëlle THÉVAL (MARGE, Lyon 3)
  • Agnès CUREL (MARGE, Lyon 3)
  • Gilles BONNET (MARGE, Lyon 3)
  • Ross LOUIS (Chercheur associé, MARGE)

Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention.Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention. C’est en particulier à travers la question de la performance que ce lien entre archive et expérimentation sera exploré : il s’agira à la fois de réfléchir à la production d’archives sur la performance littéraire – à la nécessité de produire des archives vivantes et actualisables – et d’envisager l’archive elle-même comme dispositif performatif.

Ce colloque se situe en effet à la jonction de deux projets développés au sein de l’équipe MARGE (Université Jean-Moulin Lyon 3) : Archives de la Performance Littéraire (ARCHIPEL) et Performing the archive : the everyday construction of ‘french’ identity in New Orleans. Le projet ARCHIPEL a pour objet de construire une archive collaborative en ligne des performances littéraires depuis les années 1960, le second, Performing the archive, visant à faire de l’archive un lieu d’expérimentation, voire un lieu vivant, permettant de nouvelles formes de recherche-création. Le colloque est organisé autour des trois axes :

  • La performance littéraire et ses archives : Comment documenter une performance littéraire? Quels modes de construction de l’archive sont possibles ? Quelles questions spécifiques concernant l’archivage de données la performance littéraire pose-t-elle ?
  • L’archive comme dispositif performatif : Les protocoles qui président à la construction de l’archive conduisent nécessairement à choisir les traces et les histoires qui y sont consignées : en cela, l’archive est un dispositif qui résulte d’interventions subjectives, et qui est lui-même parfois envisagé comme une performance. Dès lors, qu’est-ce qui caractérise la construction d’une archive ? En quoi les archives dites « vivantes » (de la performance, de la performance littéraire) diffèrent-elles des autres archives ?
  • L’archive comme lieu d’expérimentation : Considérée comme dispositif, résultat inachevé d’un procès en cours, et appelant à une réactivation, l’archive s’offre particulièrement aux expérimentations, et réciproquement, la recherche. Comment activer les archives en tant que matériaux de la création ? Quelles méthodes de recherche ou de recherche-création pour explorer les archives ?

Programme et inscriptions

Petite éphéméride fragmentaire et située de la Nouvelle-Orléans

Cette éphéméride est le résultat d’un travail expérimental qui se situe à l’articulation entre analyse sociologique et recherche historique. Nous nous sommes d’abord appuyé.e.s sur les voix officielles (réelles et numériques) de la Francophonie afin de saisir leur manière de percevoir l’identité française de la ville. Leur analyse nous a ensuite permis de dégager des thèmes de réflexion qui ont servi de guide pour les recherches d’archives au Williams Research Center of The Historic New Orleans Collection.

Ce petit panorama situé des identités francophones à la Nouvelle-Orléans est fragmentaire et allusif ; il s’agit d’un inventaire de textes et de signes glanés dans les discours officiels et les archives de la ville dont il faut gratter la surface hétérogène et polysémique pour donner à voir ce qui, dans l’ordinaire urbain et le quotidien des habitants, reste implicite, voire caché, et échappe au regard.

Réalisé en collaboration par Julie Morel, Catherine Dessinges, Ross Louis et Robin Vander et soutenu d’un financement Bourgeon de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et du Performance Studies Lab de l’Université de Xavier en Louisiane. Imprimé octobre 2019 par Papier Machine, Saint-Férreol-Trent-Pas.