Perpetual protocols / Protocoles perpétuels

A 24-hour “french” imaginary (July 8-9, 2022)

fleur de lys attached to a passing car’s bumper  

An old recipe for pain perdu re-published in the daily newspaper 

Annual festivals: Bastille Day FêteFête FrançaiseFête des Fromages

The names of streets: BienvenueBellaireBellechasseBelleville

A twitter hashtag: #FrenchSignsNola

Finding “french” traces in New Orleans is an ordinary, everyday experience, but the term itself is complicated. What might be called “french” is a particular version of the past or a peculiar reading of the present. It is invented and transformed, played and replayed from the remains of colonial history, a francophone and créolophone diaspora, or, perhaps, a tourism tale. 

Perpetual protocols is a 24-hour, interactive experiment to be staged throughout New Orleans on July 8-9. Participants are invited to perform simple, everyday actions inspired by archives linked to so-called “french” New Orleans. By submitting documentation of their experiences (in French or in English), participants will contribute to a 24-hour “french” imaginary, updated with their texts, images and videos in real time on an open source, city-wide map.

The experiment is an attempt to create a collaborative, critical and playful “french” imaginary that moves between the real and the imagined, the past and the present. With at least one participant per hour, the imaginary will take form through the creation of an online map, which will also include links to archival documents from The Historic New Orleans Collection and entries from the Dictionnaire des francophones

A collaborative publication will follow the experiment, with contributions from participants, artists and researchers. The risograph-printed edition will be sent to all participants and shared during public events hosted in New Orleans and Lyon, France in the fall.

To receive more detailed instructions and reserve a time to participate in the 24-hour experiment (July 8 – July 9), contact Ross Louis (rosslouis@gmail.com).


Developed by Ross Louis, Lilyana V. Petrova, Catherine Dessinges and Fanny Mézard, Perpetual protocols is a partnership between the Université Jean Moulin, Lyon 3 (Laboratoire MARGE), Dictionnaire des francophonesAlliance Française New Orleans, the Consulate General of France in New OrleansÉditions ⌘+P and Nous Foundation.

L’archive comme lieu d’expérimentation : construction, création, performance

17-18 mars 2022 – Université Lyon 3, Campus des Quais – Amphi Huvelin & Salle Boris Starck – 15 quai Claude Bernard – Lyon 7e

  • Benoît AUCLERC (MARGE, Lyon 3)
  • Gaëlle THÉVAL (MARGE, Lyon 3)
  • Agnès CUREL (MARGE, Lyon 3)
  • Gilles BONNET (MARGE, Lyon 3)
  • Ross LOUIS (Chercheur associé, MARGE)

Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention.Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention. C’est en particulier à travers la question de la performance que ce lien entre archive et expérimentation sera exploré : il s’agira à la fois de réfléchir à la production d’archives sur la performance littéraire – à la nécessité de produire des archives vivantes et actualisables – et d’envisager l’archive elle-même comme dispositif performatif.

Ce colloque se situe en effet à la jonction de deux projets développés au sein de l’équipe MARGE (Université Jean-Moulin Lyon 3) : Archives de la Performance Littéraire (ARCHIPEL) et Performing the archive : the everyday construction of ‘french’ identity in New Orleans. Le projet ARCHIPEL a pour objet de construire une archive collaborative en ligne des performances littéraires depuis les années 1960, le second, Performing the archive, visant à faire de l’archive un lieu d’expérimentation, voire un lieu vivant, permettant de nouvelles formes de recherche-création. Le colloque est organisé autour des trois axes :

  • La performance littéraire et ses archives : Comment documenter une performance littéraire? Quels modes de construction de l’archive sont possibles ? Quelles questions spécifiques concernant l’archivage de données la performance littéraire pose-t-elle ?
  • L’archive comme dispositif performatif : Les protocoles qui président à la construction de l’archive conduisent nécessairement à choisir les traces et les histoires qui y sont consignées : en cela, l’archive est un dispositif qui résulte d’interventions subjectives, et qui est lui-même parfois envisagé comme une performance. Dès lors, qu’est-ce qui caractérise la construction d’une archive ? En quoi les archives dites « vivantes » (de la performance, de la performance littéraire) diffèrent-elles des autres archives ?
  • L’archive comme lieu d’expérimentation : Considérée comme dispositif, résultat inachevé d’un procès en cours, et appelant à une réactivation, l’archive s’offre particulièrement aux expérimentations, et réciproquement, la recherche. Comment activer les archives en tant que matériaux de la création ? Quelles méthodes de recherche ou de recherche-création pour explorer les archives ?

Programme et inscriptions